jeudi 4 juin 2015

Dessureault, Marie-Millie - Maudits bas jaunes



Éditions de Mortagne
Collection Lime et Citron
Paru le 13 mai 2015

Chick Lit, littérature québécoise

Présentation de l’éditeur

Je pensais que ma rupture avec Sébastien était la pire chose qui me soit jamais arrivée… et voilà que ma sœur, ma petite sœur Léa, va se marier.

Avez-vous déjà entendu parler de la danse des bas jaunes? Définition : coutume de marde que je vais devoir respecter en tant que vieille fille finie.

Le jour des noces.

À la réception.

Devant tous les invités.

Si Léa pense que je vais m’humilier en portant ses Maudits bas jaunes! J’ai un an pour me tirer d’affaire.

J’ai donc rassemblé mes amies pour une réunion d’urgence – bien arrosée – et on a établi un plan de match pour que je me trouve un chum avant le mariage. Maintenant, j’ai une fiche sur Réseau Contact – où j’espère finir par dégoter autre chose que des pervers ou des hommes d’expérience. Sans compter que le hasard a mis sur ma route le beau Guillaume…

Finalement, j’ai presque trop de choix! Bon, calme-toi, Rosalie! Quand t’es une célibataire en région, tu ne peux pas crier victoire trop vite. Par précaution, va donc t’inscrire à un cours «Salsa en pieds de bas 101 »!

Mon avis

Si vous voulez vous détendre et rire, ce livre est celui qu’il vous faut. À date de tous les « chick lit » que j’ai lus, je peux vous affirmer que c’est celui-ci que j’ai le plus aimé. Marie-Millie Dessureault jongle et joue avec les mots pour notre plus grand bonheur. Elle n’a pas peur d’employer des termes qui pourraient écorcher de prudes oreilles, mais qui m’ont fait rire aux larmes.

C’est certain qu’avec Rosalie et ses amies, nous ne nous retrouvons pas avec de petites midinettes qui ne sont jamais sorties. Elles sont quatre et forment un groupe avec une page Facebook nommée LSgirls, c’est leur point de ralliement. Deux sont en couple; Marine et Rosalie sont quant à elles célibataires et à la recherche du candidat idéal.

Et lorsque Léa, la jeune sœur de Rosalie lui annonce qu’elle se marie en août de l’année suivante et que, selon la tradition, si l’aînée est célibataire, elle doit porter des bas jaunes à la noce et danser devant tous les invités, Rosalie essaie de se défiler, mais finit par accepter la maudite danse à « marde » comme elle dit.

Tout au long de l’histoire, nous découvrons une Rosalie gaffeuse, drôle, une fille qui n’a pas froid aux yeux et que toutes nous aimerions avoir comme amie.

Pas besoin de vous dire que j’ai a-do-ré et que je vous en conseille fortement la lecture. 


Note pour moi : Surveiller ce nom Marie-Millie Dessureault, car ce n’est que son premier roman.

Lu dans le cadre d'un partenariat avec https://editionsdemortagne.com/produit/maudits-bas-jaunes/

http://ennalit.canalblog.com/archives/2015/07/01/32291013.html

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire