dimanche 15 février 2015

Gagnon, Katia - La réparation



Éditions du Boréal
Paru en avril 2011

Littérature québécoise

Résumé (Source : Archambault)

La journaliste Marie Dumais apprend dans les actualités le suicide d’une élève du secondaire, Sarah Michaud. Il semble que l’enfant était victime d’intimidation. On lui confie une série de papiers sur l’affaire.

Elle interroge les professeurs et les autres élèves. Elle rend visite aux parents. Ce sont de pauvres gens qui n’ont pas su défendre leur fille perdue parmi les petits bourgeois fréquentant le collège privé où Sarah n’a été acceptée que grâce à ses dons exceptionnels pour les mathématiques. Tout le monde voudrait tant qu’on cesse de parler de cette affaire, mais Marie veut savoir la vérité. Pourquoi Sarah Michaud est-elle morte ?

Dans ce premier roman mené comme un suspense, Katia Gagnon nous tient en haleine jusqu’au bout. Elle nous fait partager le destin d’êtres marqués, mais elle célèbre aussi tout le bien que peut apporter un regard qui réchauffe, une main tendue, l’amour et la compassion d’inconnus que la vie place sur notre chemin.

La Réparation est un hommage à ceux qui survivent et à ceux qui leur permettent de le faire.

Mon avis

Le résumé ci-haut ne dévoile pas tout, effectivement, nous suivons Marie Dumais qui enquête sur le décès de Sarah Michaud, mais il y a l’autre histoire, celle de Marie-Lune Provencher, fille de Jeanne qui vit avec sa mère, mais que cette dernière garde enfermée, car elle croit que sa fille est l’élue de Dieu.

Marie, avec l’accord de la mère et du beau-père, questionne les étudiants et les professeurs, au collège privé où Sarah étudiait. Quête qui n’a aucun lien avec Marie-Lune, cet enfant de 5 ans que les représentants de la DPJ retirent de son milieu familial, vu les problèmes psychiatriques de la mère.

Je ne m’étends pas plus sur le sujet et je vous laisse découvrir la triste réalité d’une jeune intimidée et de ces jeunes de la haute société qui ont été méchants à mort avec elle, et ce, sans oublier la petite Provencher qui lors de la dénonciation ne parlait pas du tout. Lisez vite ce livre pour connaitre le fin mot de ces poignantes histoires.

Inutile de vous dire que j’ai adoré, même si à la fin, l’auteure nous emmène dans une tout autre direction nous laissant avec plusieurs questions.


3 commentaires:

  1. Également lu et aussi très apprécié. Une jeune auteure de talent.

    RépondreEffacer
  2. Le sujet a l'air dur, il faut donc bien choisir son moment pour ce genre de lecture!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Dur oui, mais j'ai embarqué tellement vite et il se lit très bien. Si ce n'était de la fin, cela aurait été un coup de coeur.

      Effacer

commentaire