dimanche 21 décembre 2014

Arroum, Rawia - Boys out!


Éditions Hachette
Collection Black Moon
Paru en novembre 2014

Dystopie, Jeunes adultes, Littérature française


Présentation de l’éditeur

Depuis l’Éradication, le monde est gouverné par les femmes et pour les femmes uniquement. Les hommes n’ont plus le droit de cité. Tous sont bannis, ou bien traqués et placés en détention pour assurer leur seule fonction : la reproduction. Ensuite, systématiquement, ils sont éliminés. Comme toutes les jeunes filles de son âge, Lyra s’entraîne dur pour être capable d’affronter et de maîtriser les mâles qui rôdent encore. Jusqu’au jour où elle doit rencontrer un homme pour procréer à son tour…

Mon avis

La terre entière est maintenant gouvernée par les femmes. Les hommes, ces détritus sont bannis et quelques-uns sont gardés pour la procréation. Dès qu’un mâle est trouvé, il est fait prisonnier et, ensuite éliminé. Aucun nouveau-né de sexe masculin ne doit vivre, il est tué à sa naissance.

Toutes les jeunes filles savent qu'ils sont dangereux et pourquoi. La gent féminine n’a qu’un seul but dans cette société atypique, les éradiquer et mettre au monde des filles et c’est également le sort qui est réservé à Lyra. Cette dernière a une peur bleue du jour où elle devra procréer, surtout de l’acte en lui-même et d'y toucher. Ouache…

Même si les hommes n’ont aucun droit et qu’ils vivent cachés, ils existent tout de même et c’est par Loan que nous découvrons leur monde, où ils habitent et leur haine pour les femmes, surtout celle d’Alex, son frère de cœur.


Ce livre se lit bien, est découpé en de courts chapitres et nous tient en haleine. Il n’y a aucun moment mort, l’intrigue est bien menée quoiqu’il y ait des passages qui sont moins crédibles, mais je l’ai trouvé intéressant quand même et j’aimerais bien qu’il y ait une suite.

2 commentaires:

  1. Je vais passer mon tour car je crois que j'en ai pas mal à lire encore ;-)
    Je profite de mon commentaire pour te souhaiter de très belles fêtes à toi et les tiens.

    À bientôt

    RépondreEffacer

commentaire