samedi 26 juillet 2014

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Les années du silence 6.- L'oasis



Éditions Guy Saint-Jean
Parution : septembre 2002
Littérature québécoise

Présentation de l’éditeur

Ainsi se termine l'émouvante saga Les années du silence qui nous a transportés, à coups d'émotions intenses, à travers plus d'un demi-siècle dans la vie de Cécile et des siens. Les tomes précédents, comme autant d'épisodes bouleversants, nous ont permis de partager les espoirs, les joies et le courage, de même que les chagrins, la douleur et le désespoir de ces personnages si attachants...

Lorsque nous avons connu Cécile, elle n’avait que dix-huit ans. Aujourd’hui, elle est une vieille dame. Alerte, soucieuse des siens, aimante comme jamais, mais une vieille dame tout de même qui aspire au repos, à la douceur d’un quotidien sans heurt et sans blessure.

Mais il y a François, Marie-Hélène et leur petite Laurence, frappés tous les trois pas le destin. Il y a aussi Sébastien qui poursuit sa route les sourcils froncés face à un avenir qu’il n’arrive pas toujours à bien cerner. Et il y a tous les autres, Mélina et Jérôme, Dominique, Denis, Gérard, Gabriel, ses amours, ses enfants, ses frères…

Cécile parviendra-t-elle, avec sa foi indéfectible et son amour sans faille, à les aider à s’épanouir, à survivre et à atteindre, à leur tour, bonheur et sérénité?

L’Oasis : un dénouement magistral, une conclusion poignante digne des plus grandes et plus émouvantes plumes de notre époque.

Mon avis

J'ai un pincement au cœur, car c’est le dernier tome des années du silence et je ressens
une petite tristesse à penser que la série est déjà terminée, mais enfin…

Alors, selon son habitude, l’auteure nous trimballe au rythme de son gré de la Beauce à Montréal, en transitant par Québec. D’ailleurs, c’est là que Dominique, bien qu’elle aime son fils, a peur de sa terrible maladie et ne se décide pas à aller le voir surtout qu’elle a appris que Marie-Hélène est atteinte ainsi que bébé Laurence.

Et aussi, il y a Sébastien qui se cherche encore et qui rencontre enfin son père. Ce que ce dernier lui raconte l'aide à comprendre bien des choses qui sont très différentes du scénario qu’il s’était imaginé concernant les siens.

Bien entendu, Cécile et son Jérôme ainsi que Mélina, cette vieille dame avec ses airs bourrus et son franc-parler, sont toujours là pour recevoir toute cette grande famille qu’ils aiment tant et les aider du mieux qu’ils peuvent.

Inutile de préciser que j’ai adoré cette saga qui pourrait être un fait vécu et dans laquelle nous y retrouvons le quotidien de nos familles québécoises.


Si vous n’avez pas lu Les années du silence, n’hésitez pas en faire votre prochain choix de lecture et je suis certaine que tout comme moi, vous aurez un réel coup de cœur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire