lundi 17 mars 2014

Turgeon, Emilie - Ce qui ne tue pas


Éditions de Mortagne, 2014
Collection Tabou
352 pages
ISBN 978-2-89662-301-3

14 ans +, jeunes adultes

Quatrième de couverture

Lili, Frankie et Liz avaient élaboré le plan parfait : mourir tous ensemble, sans que les gens croient à un suicide. C’est du moins ce qu’ils pensaient. Mais ça ne s’est pas passé comme prévu…

Lili, elle, a survécu.

Après un long coma, elle se réveille à l’hôpital, où tout le monde crie au miracle. Mais pour l’adolescente, c’est un désastre. Elle n’est pas morte comme elle le voulait! Et ses meilleurs amis sont partis, la laissant seule pour endurer cette vie qu’elle désirait tellement fuir. Pas facile de se battre pour recommencer à marcher quand ton seul souhait est d’en finir…

Lentement, Lili prend toutefois conscience que son geste a eu de graves répercussions sur les membres de sa famille. Méritaient-ils toute la peine qu’elle leur a fait endurer? D’ailleurs, ses raisons de vouloir mourir étaient-elles valables ? Au-delà du rétablissement de son corps brisé, la jeune femme devra entreprendre une guérison beaucoup plus difficile. Celle de son esprit.

L’adolescence est une étape obligée, bien qu’éprouvante.
Beaucoup de questions nous tiraillent, plusieurs personnes
ne semblent exister que pour nous mener la vie dure.
Et quand les choses empirent, on en vient parfois à envisager
des solutions extrêmes, comme un pacte de suicide. Un
appui extérieur aurait pu aider Lili à y voir clair afin d’éviter
d’emprunter cette voie sans retour.

Mon avis

Ces livres de la collection « Tabou » sont de vrais petits bijoux, tous pourraient être des faits vécus et celui-ci ne fait pas exception.

Quand Frankie, Liz et Lili (celle qui a survécu) ont planifié leur suicide, ils y ont cru et n’ont jamais pensé à ceux qu’ils laissaient derrière eux, mais Lili, elle, devra vivre avec le « après ».

En effet, à sa sortie des soins intensifs après quelques mois de coma, elle aura de la physiothérapie régulièrement pour réapprendre à marcher. Elle gardera également des séquelles psychologiques en plus de celles qui sont physiques. Un gros dilemme se pose… Dira-t-elle que ce n’était pas un accident ou gardera-t-elle ce secret le reste de ses jours?

Cette histoire en est une qui se dévore, nous fait verser des larmes, nous happe et nous donne une grosse boule dans l’estomac. L’auteure a su sans moraliser expliquer comment Lili, la révoltée, apprend à survivre en premier lieu et ensuite à comprendre ce que leurs gestes ont occasionné de souffrances à leurs familles. Jamais Lili n'oubliera…

TOUS devraient lire « CE QUI NE TUE PAS », autant les parents que les ados. Cette lecture est un réel coup de  pour moi.

Lu dans le cadre d’un service de presse avec  

                                       

7 commentaires:

  1. Coucou Gemma !

    Je n'ai encore jamais lu de romans de cette collection. Ils semblent être très touchants. Il faudrait bien que je finisse par tenter le coup !

    Bonne semaine à toi !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Ne passe surtout pas à côté de cette merveilleuse collection. J'ai aimé tous les livres que j'ai lu. En passant, quand comptes-tu revenir à ton blogue? J'aimais beaucoup te suivre dans tes lectures. Je m'ennuie :'(

      Effacer
    2. Je ne le sais pas encore... Je ne ressens pas encore l'envie d'y revenir. Un jour, peut-être. ;)

      Effacer
  2. Une histoire qui semble bouleversante en effet. Je note.

    Dis, au cas où l'envie te prendrait, le Café La Jasette t'est toujours accessible ;-)

    RépondreEffacer
  3. Merci de ta visite Suzanne.
    Tu me gardes ma place sur ton forum, tu es donc bien gentille. J'irai très bientôt.

    RépondreEffacer
  4. J'ai lu il y a fort longtemps des livres de la collection Tabou et j'avais beaucoup aimé. Celui-ci me semble bien pour reprendre cette collection.

    RépondreEffacer
  5. J'adore la collection Tabou. Je lirai prochainement L'âme à vif écrit par Corinne De Vailly et je suis certaine que je vais aimer comme tous les autres. Ce sont des livres poignants, on dirait des faits vécus.

    RépondreEffacer

commentaire