dimanche 19 mai 2013

Gill, Pauline - Docteure Irma 1.La louve blanche


Éditions Québec Amérique inc., 2006
544 pages
ISBN 978-2-7644-0531-4

Roman historique québécois

Quatrième de couverture

Dans ce roman historique racontant la vie d’Irma LeVasseur, Pauline Gill nous dévoile le combat d’une femme entière, passionnée et déterminée qui, à l’image de la louve, ne recula jamais devant les obstacles.

 À Saint-Roch de Québec, en 1883, la jeune Irma est témoin de la mort de son petit frère. De ce drame naît une hantise : l’urgence de soigner les petits malades qui bien souvent, avant l’âge de cinq ans, ne sont pas admis dans nos hôpitaux québécois. Mais pour accomplir cette mission, Irma devra faire preuve d'une ténacité exceptionnelle : s’expatrier pour étudier la médecine et lutter contre des institutions et des individus réfractaires au changement. Première femme canadienne-française à avoir exercé la médecine au pays, Irma LeVasseur sera fondatrice de l’Hôpital Sainte-Justine et de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Femme de tête dotée d’une immense sensibilité, elle sera toute sa vie habitée par deux quêtes : arracher la mort des enfants malades, oui, mais aussi retrouver sa mère, cantatrice de talent, disparue alors qu’elle n’avait que dix ans.

Ce que j’en pense

C’est à six ans que la jeune Irma s’est fait le serment de devenir docteure après avoir assisté impuissante à l’agonie de son petit frère Émile que sa mère Phédora en pleurs tenait dans ses bras. En ces années, les enfants malades en bas de cinq ans n’étaient pas hospitalisés.

Irma a tenu sa promesse et encore plus, malgré tous les obstacles qu’elle a rencontrés, car en ces temps où l’on vivait dans un monde d’homme omniscient où ceux-ci ne croyaient pas en la capacité de la femme à devenir un bon médecin.

Alors, imaginez la lutte constante qu’a dû mener cette jeune fille remplie d’idéaux avec une volonté de fer pour être reconnue par ses pairs. C’est incroyable tout ce qu’elle a du faire en plus de ses études et même s’exiler pour ses stages, car au Québec aucun hôpital ne voulait laisser les femmes faire de stage et sans cela, le diplôme ne leur était pas accordé.

À travers ses études, sa vie familiale nous est racontée, son attachement pour son grand-père LeVasseur et son immense chagrin causé par le départ de sa mère.

J’ai tout simplement adoré ce superbe récit et je vous en suggère fortement la lecture si tout comme moi, vous aimez les romans historiques.

                        

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire