lundi 11 juin 2012

Bertrand, Janette - Lit double


Éditions : Libre Expression
Pages :    315
ISBN :     978-2-7648-0581-7

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Lit double, le nouveau roman de Janette Bertrand, raconte l’histoire de cinq couples de générations différentes. Des couples qui s’aiment, mais qui traversent les crises habituelles de la vie à deux.

C’est avec humour, tendresse et lucidité que l’auteure nous entraîne dans l’intimité de ces femmes et de ces hommes aussi attachants que hauts en couleur.

Dans le tumulte de leurs sentiments s’entremêlent joie et chagrin, rancœur et doute, désir et jardin secret, sexualité et réconciliation.

On rit beaucoup, on pleure parfois. Et on finit par apprendre que l’amour peut durer.

Ce que j’en pense

J’ai aimé lire de : « La pluie tombe comme des clous depuis trois jours. » à « Il y aura bien sûr d’autres problèmes de couples, d’autres drames, d’autres montagnes russes, d’autres émotions, mais l’amour et Clara sont là ! » Vous comprendrez en lisant ce volume que ces extraits en sont la première et la dernière phrase.

Janette Bertrand sait raconter comme pas une, les histoires de couples et c’est tellement intéressant, vrai que l’on ne peut qu’aimer. De tous ces mots qu’elle aligne, suinte son amour de la vie et aussi, celui de partager son savoir. Je n’ai pas lu ce livre, je l’ai dévoré. Je n’ai pas de termes plus appropriés pour décrire cette lecture.

Des cinq couples que parle Mme Bertrand, mon préféré est celui de Clara et Étienne, vient après, Claude et Francis (quoiqu’étant moins présents que les autres). J’ai également eu un faible pour les trois autres, mais sans pouvoir dire pourquoi, ce sont les deux premiers qui m’ont le plus touché.

Je dois avouer que j’ai tellement ri, une histoire avec un sujet si sérieux qui nous fait rire à gros éclats et ensuite, qui devient tellement poignant d’émotions qu’il nous fait pleurer, c’est incroyable. (Je me suis cachée derrière la couverture afin que personne ne voie mes larmes.) Bizarre, rire tout haut sans honte et être ainsi gêné de son émotivité…

Merci Janette pour ce merveilleux roman et n’étant ma pudibonderie, j'aurais le goût de vous dire en d’autres mots combien je vous affectionne.


Alors, pour terminer, je décerne un énorme coup de à « Lit double ».

Ce qu'en pense Dame Opaline

                                                                        

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire