jeudi 18 décembre 2008

Walker, Sue - Silence de sang








Éditions: City
Pages: 414

Suspense

Quatrième de couverture

Sept personnes. Séparées par le temps. Réunies par un terrible secret qui ne peut plus rester caché.

Il y a vingt-six ans de cela, à Édimbourg, sept adolescents ont vécu pendant un an dans un centre expérimental pour jeunes surdoués et psychotiques. Depuis, ils ont tous quitté "l'Unité". Mais elle ne les a jamais quittés.

Innes Haldane tente depuis des années d'oublier cette sombre époque. Un jour, un appel téléphonique inattendu et la nouvelle des morts étranges de deux anciens pensionnaires de "l'Unité" la poussent à renouer avec son passé. 

Quel terrible secret rend ainsi sept personnes esclaves de leur culpabilité ? Quel sanglant règlement de compte vient de commencer ? 

UN BEST SELLER TRADUIT DANS UNE DIZAINE DE PAYS PAR L'UNE DES NOUVELLES VOIX DU THRILLER PSYCHOLOGIQUE.

"L'héritière de Val Mc Dermid: un livre saisissant ! " (Karin Slaughter)

SUE WALKER est journaliste de télévision depuis près de vingt ans. Elle a travaillé pour la BBC et s'est spécialisée depuis une douzaine d'années dans les documentaires sur les enquêtes criminelles. Elle vient de publier un second roman.

Quatrième de couverture

J'ai bien aimé ce livre. Une nouvelle auteure que je viens de découvrir. Au début du livre, je me demandais à quoi elle voulait en venir, mais le temps de nous situer, nous faire connaître tous les protagonistes et un bon bout de livre est déjà lu. J'aime bien les livres où on recule dans le temps pour revenir à aujourd'hui.

Une histoire remplie de secrets, de choses qu'il ne faut pas raconter et 26 ans après, il faut encore les taire. Que s'est-il vraiment passé sur la plage lors de cette sortie, Innes ne le sait pas, pourquoi la contacte-t-on aujourd'hui et veut-on la rencontrer ? Pourquoi la mort commence-t-elle à faucher des membres de ce petit groupe ? Il ne faut pas oublier qu'ils étaient tous dans un centre psychiatrique.

À un moment donné, j'ai trouvé quelques longueurs, peut-être étais-je trop pressé de connaître la fin. Mais en fin de compte, j'ai bien aimé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire