mercredi 5 septembre 2012

Pellerin, Fred - Comme une odeur de muscles



Éditions : Planète rebelle
Pages :    150
ISBN :     2-922528-55-3

Conte québécois

Quatrième de couverture

Une quatrième fuite des histoires du village pour en savoir mieux sur l'homme le plus fort du monde de Saint-Élie-de-Caxton : Ésimésac Gélinas. Homme peu reconnu dans nos records contemporains, Ésimésac appartint à la race des surhormonés musculaires, au même titre que ces Louis Cyr et autres Montferrances. Il fut un homme qui se démarqua par l'originalité de ses forçures, mais surtout par une modestie sincère qui le garda dans l'ombre. Il porta, à sa façon, le village sur son dos. À savoir jusqu'où il le transporta? Les atlas finiront bien par le dire!
Ce que j’en pense
Avec Fred Pellerin, pas question de s’ennuyer surtout lorsqu’il est en compagnie de sa grand-mère (qui souffre d’une forme de « diabétisme ») et qui sait raconter comme pas une ce qui se passe à Saint-Élie-de-Caxton.
En trottinant tout tranquillement dans les rues du village, elle lui parle des résidents. Tout d’abord de la naissance d’Ésimésac Gélinas qui fut adolescent quasiment à la naissance et qui devint l’homme le plus fort du monde de Saint-Élie-de-Caxton.
Elle nous fait découvrir l’origine des mouches à feu et son explication est tellement simple que je me demande comment il se fait que je ne savais pas.
Également, les attaques de surdité temporaire de Brodain Tousseur m’ont bien fait rire. Tout est drôle dans ce conte et même que j’ai enrichi mon vocabulaire. Par contre, je ne sais pas si Jean-Marie Laurence va accepter ces nouveaux mots, mais le mot « laithoton » m’était complètement inconnu, ignare que je suis.
Je me dois absolument de vous parler de Méo Bellemare, le coiffeur. Cet homme de qui tout le village pouvait dire vers quelle heure, il avait fait ses coupes de cheveux.


Je pourrais continuer encore et encore à vous en écrire, mais je préfère que vous lisiez vous-même ce livre. Il y a également un CD à écouter. Alors, allez-y vous ne le regretterez pas. Pour ma part c'est un gros coup de   (Faut dire qu'avec Fred, c'est toujours un moment de détente qui nous transporte dans un monde à part où l'on se dilate la rate. Tout plein de rires. J'adore.)      


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire