mardi 22 mai 2012

Westerfeld, Scott - Extras 4


Éditions : Pocket jeunesse
Pages :    432
ISBN :    978-2-266-18224-9

Fiction - dystopie (Romans jeunes adultes)

Quatrième de couverture

Dans le monde de l’extrême beauté, seule compte la célébrité.

Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials. Débarrassé de ces castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard permanent de mille millions de caméras. La société n'est plus qu'une gigantesque émission de télé-réalité. La célébrité règne sur le monde...

Une chose pourtant n'a pas changé : les moins de seize ans ne sont pas censés se montrer en ville. Surtout quand on est une Extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule. Sa seule chance de s'arracher à la médiocrité : claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et... dangereuse.

Ce que j’en pense

J’ai commencé la lecture de ce livre avec l’idée préconçue d’être moins emballée que pour les trois premiers tomes vu que l’héroïne devenait Aya Fuse et que l’histoire se déroule en pays asiatique.

À ma grande surprise, j’ai tout simplement adoré et je l’ai dévoré. Aya, la petite sœur de Hiro qui a un rang facial très élevé n’est rien dans ce monde où la notoriété vient avec la note la plus haute.

Comme pour les trois premiers volumes, tout se passe vers les années 2 300, soit 3 ans plus tard que Tally Youngblood ait renversé le système. Par contre, l’ère de la technologie a encore changé. Des aérocams sont apparus et la mode est à la « claque ».

Aya diffuse sur son site et cherche, ce qui la rendra populaire, l’histoire à claquer unique, qui frappe, étonne, et que tout le monde pourra lire, et reproduire sur son propre site.

J’arrive presque à la fin de cette série pour jeunes adultes, « Secrets » le dernier qui me semble bien différent des quatre autres.

Je n’ai pu m’empêcher de jeter un coup d’œil sur la quatrième de couverture et je vois que c’est un guide explicatif. Enfin, j’ai toujours le droit de laisser tomber si je n'aime pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire