lundi 23 janvier 2012

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Mémoires d'un quartier 7 Marcel


Éditions : Guy Saint-Jean
Pages :    311
ISBN :     978-2-89455-365-7

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Depuis un an, Marcel n’a plus le temps d’aller prendre une bière à la taverne. En fait, il est épicier à plein temps et, à bien y penser, il vient de vivre la pire année de toute sa vie. 

Marcel parviendra-il à s’en sortir ? Il le faut pourtant, c’est le bien-être de toute sa famille qui en dépend. La vie file et Marcel vient de prendre conscience qu’il ne la voit pas passer.

Bernadette, elle, n’a pas envie de voir partir Adrien. Pourtant, depuis l’automne dernier, ses paroles proclament le contraire. Elle se fait l’avocat du diable en répétant que Maureen a le droit de connaître sa fille, d’autant plus que la lointaine mère commence à manifester un intérêt pour l’enfant. 

Cependant, comme le dit si bien Évangéline : s’il fallait qu’ils ne reviennent jamais… En plus, depuis quelques mois déjà, son fils Antoine s’est mis en tête d’aller passer l’été à New-York pour tenter d’intéresser quelques propriétaires de galeries afin qu’ils exposent ses toiles. 

En attendant, Bernadette s’inquiète aussi pour Laura qui, de son côté, n’a toujours pas annoncé à son père qu’elle retourne à l’université. Avec l’humeur de Marcel qui s’assombrit de jour en jour, Bernadette ne voit pas comment Laura va s’y prendre. La jeune fille semble par ailleurs très préoccupée par le nouvel ami un peu louche de Francine.

Voici le septième tome de la très belle série Mémoires d’un quartier, Marcel, où le père de la famille Lacaille apprendra à découvrir le véritable visage de tous ceux qui l’entourent.

Ce que j’en pense

Je redoutais la lecture de ce livre-ci. Je me suis trompée puis pas à peu près. Marcel Lacaille est un homme qu’il faut apprendre à connaître. Ce n’est pas la même personne au travail qu’à la maison. Malgré ses"calvaires" longs comme le bras, il n’est pas si méchant qu’il en a l’air.

Dans ce volume, Adrien doit prendre une importante décision. Retourner au Texas avec Michelle ou rester à Montréal…

Antoine qui a un talent indéniable comme peintre, se fait offrir d’exposer à New York. Pourra-t-il y aller et réaliser son grand rêve ?

Laura voit de plus en plus Robert Gariépy et ils se rendent souvent à Québec chez Francine. Mais que se passe-t-il avec celle-ci ?

Tout cela pour dire que je continue à lire cette merveilleuse saga. Et moi, qui ne pensais pas aimer ce tome, c’est encore un coup de.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire