lundi 16 janvier 2012

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Mémoires d'un quartier 6 Francine


Éditions : Guy Saint-Jean
Pages :    272
ISBN :     978-2-89455-352-7

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Après la naissance de son fils, Francine est complètement bouleversée, même si Cécile et sa tante Gisèle l'ont gardée sous leur aile et lui offrent une aide précieuse. Elle n'est plus certaine de vouloir abandonner l'enfant à qui elle vient de donner la vie.

La jeune femme n'est pas la seule à avoir des décisions déchirantes à prendre. Rassuré par les capacités mentales de sa fille, Adrien doit maintenant choisir quelle vie il souhaite offrir à sa petite Michelle : retourner au Texas pour donner une deuxième chance à la mère de l'enfant ou rester à Montréal, là où ils ont été accueillis avec chaleur et simplicité.

Pendant ce temps, le destin rend possible les souhaits inespérés d'Antoine. Grâce à la peinture, de nouveaux horizons s'offrent à lui. Sous le regard approbateur d'Émilie et Anne Deblois, il aura enfin l'occasion de faire éclore son talent artistique. Pour peu qu'il réussisse à faire disparaître l'ombre grandissante qui envahit le quotidien de son frère Charles.

À d'autres, par contre, la vie joue quelques tours. Laura et Bébert Gariépy, liés par un même projet, se découvriront des points en commun, bien au-delà de leur affection partagée pour Francine. Et voilà que Marcel est contraint soudainement de revoir ses plans d'avenir. Reprendra-t-il ainsi une place enviable dans le cœur de Bernadette ?

Voici le sixième tome des Mémoires d'un quartier, consacré à Francine, où tous les habitants du quartier, les Lacaille, Gariépy, Deblois et Veilleux se retrouvent à des moments déterminants dans leur histoire personnelle alors que la société québécoise se construit peu à peu autour d'eux.

Ce que j’en pense

À Québec, Francine vient d’accoucher d’un beau petit garçon tout blond. Elle le tient dans ses bras et pleure à chaudes larmes, vu qu’elle a décidé de ne pas le garder. Elle a droit à quinze minutes seulement pour le serrer sur son cœur, ensuite lorsqu’elle sortira de l’hôpital, le bébé ira à la crèche où s’il est chanceux, sera confié à une bonne famille.

Je reviens à Montréal, où Adrien y habite toujours avec sa fille Michelle. Sa mère Évangéline lui a offert un appartement en avisant un de ses locataires qu’elle voulait le logement. Pourquoi n’est-il pas retourné auprès de Maureen ?

Chez les Lacaille, Laura étudie à l’université et Charles grandit à vue d’œil, lui c’est un vrai gars selon son père. Bernadette continue de vendre des produits Avon et Marcel a une importante décision à prendre.

Antoine a bien cheminé ces dernières années et Madame Émilie lui fait une offre grâce à son talent en peinture. Qu’en est-il ?

Je suis étonnée qu’après six tomes, j’aie encore hâte de connaître la suite, et moi qui pensais réellement alterner en genre. Je sais que je me répète et je le redis, je ne suis pas capable de laisser cette série. Le prochain livre, intitulé Marcel (et pour emprunter son sacre préféré « calvaire »), j’ai peur de ne pas le trouver aussi intéressant, car il m’énerve le Marcel puis en maudit à part ça, mais j’en commence la lecture quand même.

Et pour ce volume-ci, c’est également un coup de .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire