lundi 30 janvier 2012

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Mémoires d'un quartier 8 Laura la suite


Éditions : Guy Saint-Jean
Pages :    308
ISBN :     978-2-89455-406-7

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Voici le huitième roman de la captivante saga Mémoires d'un quartier: Laura, la suite. En 1966, l'époque du peace and love bat son plein, les gens parlent de retour aux sources en vivant à la campagne et Montréal s'apprête à recevoir le monde entier à l'occasion de l'Expo 67. Laura Lacaille, elle, vit une période de profondes remises en question.

Entre ses études en psychologie et son travail à l'épicerie familiale, elle hésite. Le commerce est devenu avec le temps le lieu de rassemblement pour la famille Lacaille et Laura aimerait bien retrouver sa place auprès de son père. Mais comment renoncer à l'université après tout cet argent et cette énergie investis ? Tout cela a-t-il été fait en vain ? De plus, elle se sent aussi partagée entre le gentil Bébert, frère de sa grande amie Francine, et le fascinant jeune homme apparu récemment dans son nouvel entourage. Les nombreux voyages à Québec en compagnie du jeune Gariépy ont souvent été des moments de confidences, mais l'exotisme du bel inconnu la fascine énormément. Il y a également toutes ses responsabilités familiales, barrière imposante à son désir grandissant de s'amuser. Laura saura-t-elle enfin trouver sa place et faire les bons choix ? Si seulement Francine, sa grande amie, ne l'inquiétait pas tant, elle qui ne donne toujours pas signe de vie...

Ce que j’en pense

Évidemment après 8 tomes de lus, c’est difficile de donner son avis sans trop dévoiler de l’intrigue, mais je vais m’essayer encore et si je laisse échapper quelque chose, veuillez m’en excuser.

Alors, je débute avec Laura qui est déjà rendue à sa dernière année universitaire. Elle devra opter pour un domaine en psychologie. Quel sera son choix ? Elle espère que les trois stages qu’elle fera l’éclaireront, car elle ne sait plus où se diriger.

Elle rencontre un jeune homme qui lui plait beaucoup, mais, il y a Robert, le frère à Francine également qui est dans le décor. Qui choisira-t-elle ?

Antoine commence à être connu comme peintre. Après la France, c’est à New York que tout se passe, il doit absolument y exposer ses toiles.

Marcel, qui est maintenant propriétaire de l’épicerie, aimerait bien voir toute sa famille travailler avec lui. Ce qu’il a changé le Marcel, non; mais il faut dire que j’ai appris à l’apprécier et à le comprendre.

Puis, il y a Évangéline la grand-mère qui s’ennuie sans bon sens toute seule à la maison et son Adrien qui annonce sa visite, mais remet à plus tard, pauvre grand-maman…

J’aime tellement lire cette saga qui n’a aucune longueur ni répétition. Louise Tremblay-D’Essiambre n’étire pas la sauce, elle a toujours un nouveau thème à nous présenter pour chaque personnage et ce sont des sujets qui sont en tout temps d’actualité, intéressants et très touchants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire