dimanche 25 décembre 2011

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Mémoires d'un quartier 2 Antoine


Éditions : Guy Saint-Jean
Pages :    331
ISBN :     978-2-89455-300-8

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Deuxième tome de la saga, Antoine poursuit l'histoire de la famille Lacaille et de son entourage. Personnages ordinaires aux aventures extraordinaires, ils sont attachants et naturellement intrigants. Surtout Antoine, le petit garçon coincé avec des difficultés beaucoup trop grandes pour lui.

Antoine dessine. C'est sa passion. Mais, paradoxalement, c'est aussi une source d'angoisse épouvantable depuis le début des cours du samedi. Son professeur, monsieur Romain, a une technique bien particulière pour apprendre le dessin aux petits garçons. Et Antoine n'est plus certain d'aimer apprendre à dessiner de cette façon...

Bernadette a retrouvé sa routine quotidienne. Après le départ précipité d'Adrien et la naissance du petit Charles, une belle complicité s'est installée entre elle et sa belle-mère. Cette connivence pallie à l'humeur de plus en plus exécrable de Marcel, son mari.

Évangéline, de son côté, jubile: son fils Adrien viendra passer l'été chez elle, avec son épouse. En les attendant, son attention est tournée vers les nouveaux voisins, une jeune musicienne et son époux, une certaine Anne Deblois...

Laura, quant à elle, est songeuse. Cécile Veilleux, une docteur de Québec, lui a fait une proposition très excitante. Si ses parents acceptent, cette aventure lui ouvrira les portes d'un monde qu'elle ne connaît pas du tout. Mais Laura apprendra que si certaines portes s'ouvrent, d'autres, inévitablement se referment...

Ce que j’en pense

Me voilà déjà rendue à la fin du deuxième tome, je viens tout juste de tourner la dernière page sur Antoine qui discute avec Robert Gariépy surnommé « Bébert », assis à la porte du garage de Jos Morin.

Pauvre petit Antoine qui a un gros problème avec son professeur de dessin. Il a déjà essayé d’en parler à Laura, mais il a juste laissé tomber quelques mots en disant : « M. Romain y’est pas ben fin avec moé. »

Il y a aussi tout le reste de la famille Lacaille, Marcel son père, qui est toujours d’humeur égale« en crisse »; sa mère Bernadette, fine, douce et gentille, une bonne maman qui compense pour les sautes d’humeur de son homme; Laura, sa sœur aînée qui est rendue assez vieille pour garder des enfants; Charles, le bébé de la famille qui est le préféré de son paternel et la grand-mère Évangéline qui a bien changé depuis la visite de son fils Adrien, cet oncle inconnu qu’Antoine aurait aimé avoir pour père.

Nous retrouvons également Anne, rencontrée dans « Les sœurs Deblois » et qui est restée constante, elle n’a pas changé d’un iota.

Je croyais alterner mes lectures et y aller avec un genre différent, mais impossible, j’ai trop hâte de connaître la suite et je commence dès maintenant Évangéline.

Vous qui parcourez ces lignes, faites-vous un beau cadeau de Noël en lisant le premier volume de cette merveilleuse saga, un récit captivant qui vient nous chercher et nous prend aux tripes.

Ce 2e tome est un énorme coup de cœur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire