dimanche 16 octobre 2011

Levy, Marc - Où es-tu ?



Éditions : Robert Laffont
Pages :    267

Roman contemporain

Quatrième de couverture

Il avait rêvé d’un amour idéal, elle l’aimait… tout simplement.

Ce que j’en pense

Malgré le genre « eau de rose » accolé aux livres de Marc Levy, je peux vous dire qu’il y a beaucoup plus que cela dans cette belle histoire.

En tout premier, il y a de l’amour avec un mélange d’égoïsme. Également, de la générosité, du don de soi mais, autre chose aussi… vous verrez en lisant le livre ce que je veux dire.

Il y a Susan, cette jeune femme égoïste et généreuse en même temps; amoureuse mais indifférente à la peine qu’elle cause, combative, tenace et étonnamment débordante de vie, attachante. Elle est tout cela et plus encore.

Aussi, Philip, jeune homme amoureux fou de Susan qui s’accroche désespérément à l’idée qu’elle ne retournera plus au Honduras et qui passe à côté de tout. Il ne vit que pour les lettres qu’il reçoit d’elle et qu’il lui écrit.

Je devrais peut-être ajouter que Susan et Philip sont amis d’enfance et voisins; que Susan part au Honduras pour 2 ans afin d’aider les gens victimes de cataclysmes naturels et que Philip reste à New York pour étudier les beaux-arts.

Voilà, cela résume assez bien la première partie de ce roman, un amour épistolaire.

Vint ensuite celle qui m’a le plus touchée, Mary qui aime Philip et qui a souffert des agissements de ce dernier mais qui l’a toujours soutenu, consolé, épaulé tout au long de leur vie. La personne la plus sensée et la meilleure mère qui puisse exister.

Les enfants Lisa et son frère Thomas qu’il ne faut oublier. Une Lisa tourmentée, secrète, renfermée et qui a des peurs nocturnes.

C’est ce que l’on retrouve en deuxième partie de ce merveilleux roman qui nous envoie entre autres, un beau message de l’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant et du lien indéfectible d’une fille envers sa mère.

J’ai bien aimé ce livre écrit avec des mots touchants qui sont venus m’émouvoir. Si vous aimez ce genre, vous ne serez pas déçu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire