lundi 31 octobre 2011

Bergeron, Claire - Sous le manteau du silence


Éditions : Québec Loisirs
Pages :    360
ISBN Q.L. : 978-2-89666-088-9

Roman historique québécois

Deuxième de couverture

L’action de ce passionnant roman historique se déroule principalement en Abitibi dans les années 1940. Claire Bergeron réussit à reconstituer cette époque importante du Québec et à nous transporter de surprise en surprise. Il s’agit de son tout premier roman.

Quatrième de couverture

Rosalie, infirmière à l’hôpital de Saint-Anselme, est bouleversée la nuit où elle retrouve sur son unité de soins intensifs un homme qu’elle a bien connu autrefois, mais qu’elle aurait souhaité ne jamais revoir.

Un quart de siècle plus tôt, elle a côtoyé le curé Charles-Eugène Aubert dans une paroisse de l’Abitibi, alors en pleine colonisation. À titre de responsable d’un dispensaire, elle devait s’occuper de la santé des corps, alors que le prêtre avait pour mission de veiller à celle des âmes.

Mais que s’est-il donc passé pour qu’un jour Rosalie s’enfuie sans un regard en arrière, abandonnant même son amoureux, le jeune et brillant Marc-Olivier Bernard, avec qui elle rêvait de faire sa vie ? Quel horrible secret la lie à ce chanoine qui se trouve à présent devant elle, gisant sur un lit d’hôpital ?

Les événements la forceront à retourner vers le passé qu’elle a voulu fuir, en ranimant des fantômes qu’elle croyait pourtant enterrés à tout jamais.

Ce que j’en pense

L’auteure s’étant inspirée de faits arrivés en Abitibi durant les années 40, nous ne pouvions que nous attendre à un roman superbe et de par ces années, à retrouver les membres du clergé qui tiennent sous leur joug des gens qui n’ont aucune scolarité. Ils leur font miroiter les affres de l’enfer pour tout et ils règnent en roi et maître sur leurs ouailles et même dans leurs chambres à coucher. « Une femme dans ce temps était, selon le clergé, obligé de mettre des enfants au monde à toutes les années, qu’elles soient en santé ou non. »

Le récit débute en octobre 1967 où garde Rosalie Lambert, chef d’équipe et assistante de nuit, aux soins intensifs de l’hôpital Saint-Cœur-de-Marie à Saint-Anselme se trouve confrontée aux exigences de ses collègues qui ne veulent s’occuper du Chanoine Charles-Eugène Aubert pour diverses raisons. Alors, pour leur faire plaisir, elle prend en charge ce patient qu’elle a connu dans un passé lointain lorsqu’elle était en charge d’un dispensaire en Abitibi.

L’auteure nous retourne ensuite en 1940 dans le froid de l’Abitibi avec tous ces habitants qui sont si fiers, et surtout content d’avoir leur nouveau curé et une infirmière à domicile qui saura s’occuper d’eux. Le bon Dieu est vraiment charitable comme dit Augustine Robidoux.

L’écriture de Claire Bergeron est superbe, l’histoire racontée vient nous chercher au plus profond de notre être. Il n’y a aucune longueur et je l’ai terminé le temps de le dire voulant savoir le fin mot de l’histoire. J’aurais voulu l’étirer mais je n’ai pas été capable, fallait que je sache.

Je vous conseille fortement la lecture de ce livre et gardez en note ce nom CLAIRE BERGERON, c’est une belle découverte.

N.B. : Un autre roman est annoncé mais la date de parution n’est pas précisée. Une femme en serait l’héroïne et il sera question du viol d’une jeune fille dans le Québec des années 1950. À SURVEILLER.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire