lundi 21 mars 2011

Laberge, Marie - Sans rien ni personne


Éditions : Boréal
Pages :    434

Suspense québécois

Quatrième de couverture

Montréal, le 1er juillet 1972, Isabelle Deschamps, Française d'origine, est retrouvée morte dans son appartement, rue Marie-Anne. Elle a le ventre affreusement mutilé. À côté d'elle, le corps de son nouveau-né, mort également.

Paris, janvier 2007, Émilien Bonnefoi apprend qu'il va mourir dans les six prochains mois. Peu lui importe: depuis trente-cinq ans, sa vie n'a plus qu'un sens, celui de résoudre l'énigme de la mort de sa fille, Isabelle. Il retourne exercer des pressions auprès de l'enquêteur chargé de ce cold case.

C'est ainsi que le commissaire Patrice Durand débarque à Montréal, déterminé à connaître le fin mot de l'affaire. Vicky Barbeau, chargée du cas au service des crimes non élucidés de la Sûreté du Québec, n'est pas follement enthousiaste à l'idée de reprendre une chasse aux témoins des plus improbables alors que plus de trois décennies séparent les faits de l'enquête. Pourtant, de Saint-Pierre et Miquelon aux Îles de la Madeleine, en passant par le Bas-du-Fleuve, l'affaire se révèle plus prometteuse – et plus compliquée – qu'il n'y paraissait.

C'est au genre du policier que Marie Laberge emprunte le cadre de son nouveau roman. Ses lecteurs seront emportés par un suspense irrésistible, tandis que le travail des policiers, ce tandem parfois grinçant formé d'un Français et d'une Québécoise, permet à la romancière de laisser libre cours à son sens de l'humour à travers des dialogues qui claquent. Mais nous retrouverons intact, dans Sans rien ni personne, l'extraordinaire pouvoir d'émotion qui caractérise toute son œuvre.

Ce que j'en pense

Un suspense nouveau genre qui fait vraiment bizarre à lire peut-être justement parce que c'est une affaire non classée et que l'enquête ne se fait pas de la même manière que lorsque c'est plus récent.

Je ne peux dire que j'ai adoré, l'intrigue m'a plu mais j'ai découvert à la moitié du récit ce qui s'est passé et cela m'a énormément déçu; ce livre ne m'a pas tenu en haleine du tout.

En bref, c'est la course aux témoins d'un bout à l'autre de la province de Québec en passant par St-Pierre et Miquelon, les Îles de la Madeleine et la Gaspésie, réentendre des témoignages déjà donnés, découvrir de nouvelles données mais je dirais que c'est à la toute fin que l'histoire devient plus captivante.

Ne vous privez pas de le lire même si moi, je n'ai pas été emballée, vous pourriez l'aimer tout de même. Ce n'est que mon avis tout simplement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire