jeudi 7 août 2008

Brouillet, Chrystine - Zone grise


Éditions: Boréal
Pages:    415
ISBN:     9782764605288

Suspense québécois

Quatrième de couverture

En 1982, Montréal est témoin d'une série d'enlèvements étranges. Des hommes, des femmes sont kidnappés puis abandonnés, inconscients mais indemnes, sauf pour quelques entailles au cou. Chaque fois, à côté d'eux, une pile de vieilles chaussures. Pourquoi enlever ces gens, si ce n'est pour les faire disparaître ou demander une rançon ? Qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à commettre de tels méfaits, à la fois criminels et innocents ?

Le bien, le mal. Chacun sait les distinguer, ou croit le savoir. Il y a des êtres qui se placent résolument de l'un ou de l'autre côté. Des êtres animés par une pulsion de mort, ou bien d'autres passionnément attachés à la vie. Mais n'est-ce pas là l'exception ? N'y a-t-il pas beaucoup plus d'êtres torturés par leur conscience, qui n'arrivent pas à démêler la part d'ombre ou de lumière en eux ? C'est le cas du peintre Dan Diamond, qui voit soudain son succès si cher acquis menacé par des révélations surgies de son passé.

Dans cette deuxième enquête de Frédéric Fontaine, tout en déroulant avec brio une intrique complexe qui distille le mystère, Chrystine Brouillet nous donne de fascinants portraits de personnages, parfois attachants, parfois odieux. Encore une fois, la romancière porte une attention toute particulière au travail du policier enquêteur, qui sert ici de révélateur de la nature humaine, toujours étonnante, toujours insondable.

Depuis Chère voisine (1982), Chrystine Brouillet s'est attaché une foule de lecteurs fidèles. Aussi à l'aise dans l'écriture jeunesse que dans la grande saga historique (Marie Laflamme, 1990) ou le thriller (Les Neuf Vies d'Edward, 1998), Chrystine Brouillet reprend ici le personnage de l'enquêteur Frédéric Fontaine, qu'elle a fait connaître à ses lecteurs dans Rouge secret (Boréal, 2005).

Ce que j'en pense

Que dire de ce livre ? C'est la troisième fois que je lis du Chrystine Brouillet, j'ai aimé mais sans plus, (comme Marie Laflamme et Nouvelle France).

L'auteure écrit bien mais je n'ai pas eu de surprise, on sait qui a fait les meurtres et on regarde les policiers faire leurs enquêtes.

Tout est axé sur le travail d'enquête et non sur les meurtres. Ceux et celles qui aiment les histoires qui ne sont pas sanglantes avec des descriptions à faire frémir, ce livre est pour vous.

Roman assez intéressant tout de même mais qui ne nous tient pas. Ceci ne reflète que mon humble avis en lecture et je suis loin d'être une experte. D'autres peuvent adorer ce livre.

En définitive, je crois que les Brouillet ne sont pas compatibles avec moi et j'en suis bien désolée car je déteste dire que j'ai moins aimé un livre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire