mardi 9 février 2010

Ouellet, René - Le Sentier des Roquemont 3 Le dilemne



Éditions : Hurtubise HMH Ltée
Pages :    472
ISBN :     978-2-89647-097-6

Roman historique québécois

Quatrième de couverture

« - Malheureusement, la réponse est négative. Je regrette beaucoup… L’avocat s’attendait à voir une certaine réaction chez les Amérindiens. Il fut surpris du peu d’effet que sa réponse suscitait. Wagis prit la parole. D’une voix calme, il dit, en regardant son interlocuteur dans les yeux : - Me Roquemont, je vous demande de reconsidérer votre décision…

Il glissa alors doucement la montre vers l’avocat, sans la soulever. Celui-ci remarqua alors qu’il s’agissait d’une vieille Westlock couleur argent, sans vitre, au cadran jauni. Wagis expliqua :

- C’est la montre qui a appartenu à votre père, Majella Roquemont. Il l’avait donnée à mon père, Joseph Wagis, avant son accident survenu en 1938. La montre n’a pas fonctionné depuis le jour où mon père est mort noyé en tentant de sauver votre père tombé dans la rivière… Reprenez-la. »

Québec, 1998. Depuis la mort de Majella Roquemont, vingt-deux ans se sont écoulés. Son fils aîné, Charles, célèbre avocat de la Vieille Capitale, s’apprête à savourer une retraite bien méritée lorsqu’une communauté indienne, les Algoncris, lui propose un ambitieux mandat. Il hésite d’abord à accepter ce dossier qui le privera d’une petite fortune sans même le dédommager pour sa peine, mais décide de relever le défi quand il découvre l’étonnante dette d’honneur que sa famille a contractée envers les Algoncris, soixante ans plus tôt.

L’héritage spirituel de Majella Roquemont n’a pas fini de marquer ceux et celles qui l’ont connu…

Tout en menant ce dossier tortueux et complexe, Charles doit composer avec une vie sentimentale agitée. Divorcé et célibataire depuis des années, ayant toujours fait passer le travail avant sa vie privée, le voici soudain dans la mire de trois prétendantes : Fabiola, nouvelle venue dans son existence; Mylène, son grand amour de jeunesse; Johanne, son ex-femme.

Entre son mandat et ses affaires de cœur, Charles n’a guère le temps de souffler : il tente de faciliter la vie de sa mère et de sa tante, toutes deux octogénaires, accompagne un vieil ami mourant et veille sur Margo et Clément, les enfants de son frère prématurément décédé. Autant d’occasions pour lui d’appliquer les valeurs d’entraide et de générosité que lui a transmises son père Majella.

Après une brillante carrière d’avocat, René Ouellet a été juge administratif à la Commission des lésions professionnelles. Il consacre aujourd’hui tout son temps à l’écriture. Les premiers tomes du Sentier des Roquemont ont séduit jusqu’à maintenant plus de 50 000 lecteurs.

Ce que j'en pense

Très différent des deux premiers tomes, nous nous retrouvons dans les méandres des recherches, rencontres et négociations pour faire reconnaître le droit ancestral des Algoncris afin que leur revendication territoriale soit acceptée. Me Charles Roquemont avec Margo, sa nièce et Kevin, le conjoint de celle-ci, formeront avec les deux Amérindiens, Wagis et Armstrong, l’équipe travaillant sur cet épineux dossier qui implique les gouvernements fédéral et provincial.

Parallèlement à ce dossier, nous suivons Charles avec les femmes de sa vie, vivant dans sa belle maison à St-Nicolas et s’apprêtant à prendre sa retraite. Des souvenirs racontés par Anna, la mère de Charles ou autres personnages, nous remémorent ce qui a été raconté dans les tomes précédents mais le tout écrit tellement subtilement que l’on n’a pas l’impression de relire ce qui a déjà été dit.

Un petit fait à noter, à la page 193, il y a eu erreur de prénom quand Charles discute avec son ex-femme Johanne, il est écrit : Avant de le quitter, Fabiola osa lui poser quelques questions, etc. …

Cela m’a fait bizarre de relever une erreur de ce genre, c’est la première fois que cela m'arrive et je ne sais quoi en dire. Cela n'enlève rien au talent de René Ouellet et je continuerai à le lire quand même avec grand plaisir.

De la fin de cette saga qui est surtout axée sur le travail d’un avocat, j’ai peut-être un peu moins aimé même si mon intérêt et ma curiosité ont été soutenu jusqu’à la toute fin. Et la fin précisément est très spéciale avec le dernier texte du livre de bord du camp.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire