samedi 6 février 2010

French, Nicci - Charlie n'est pas rentrée



Éditions : Québec Loisirs
Pages :     272
ISBN :      978-2-298-01867-7

Suspense

Quatrième de couverture

Charlie devrait déjà être rentrée. Elle avait promis d’être là de bonne heure. Parce que c’est le jour du grand départ en vacances qu’elle et toute sa famille attendent depuis longtemps.

Mais voilà, il est 11 heures, et Charlie n’est pas là. Pourtant, la camarade de lycée chez qui elle a passé la nuit prétend qu’elle est partie très tôt et, sur une petite île comme Sandling Island, les trajets sont généralement rapides.

L’heure file. Nina est de plus en plus inquiète pour sa fille. Et elle est bien la seule.

Car personne ne prend cette disparition au sérieux et personne ne le croit quand elle dit qu’il est arrivé quelque chose. Et elle le sait, elle le sent, Charlie est en danger.

Isolée sur cette île anglaise battue par les vents, Nina vit le pire des cauchemars, celui que toutes les mères redoutent. Très vite elle comprend que son instinct maternel est son seul allié si elle veut sauver son enfant…

Ce que j'en pense

C’est le premier livre que je lis de ces auteurs, Nicci Gerrard et Sean French; j’ai bien apprécié et je compte bien en lire d’autres.

Ce livre est écrit tout d’un trait, pas de chapitre, ce qui est différent comme mise en page et cela me semble bizarre mais après avoir lu le livre, j’ai bien vu que cela ne changeait rien à l’intrigue.

L’histoire démarre lentement avec Nina la mère de Charlie qui l’attend pour 11 heures afin qu’elle prépare ses valises avant le grand départ pour les vacances en Floride. Mais Charlie n’arrive pas, l’heure tourne et sa mère est de plus en plus inquiète. Tellement inquiète qu’elle signale cette disparition à la police. Ceux-ci pensent que Charlie a fugué et décident d’attendre avant de commencer les recherches. Suite à cela, Nina décide de mener sa propre enquête.

J’ai bien aimé cette lecture, aucune longueur et j’avais hâte de savoir le fin mot de l’histoire; quoique, j’ai trouvé plus ou moins crédibles quelques passages.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire