dimanche 10 mai 2009

O'Connell, Carol - L'appât invisible


Éditions : JC Lattès
Pages :    402

Thriller

Quatrième de couverture

À trois jours de Noël, deux petites filles disparaissent l'une après l'autre, en sortant du collège. Rien de tel n'était arrivé dans cette paisible petite ville de la côte Est depuis l'assassinat de la sœur jumelle du policier Rouge Kendall.

Bien que le meurtrier purge sa peine de prison, Rouge ne s'en demande pas moins si l'on ne s'est pas trompé de coupable. Question que se pose aussi l'une de ses anciennes camarades de classe, Ali Cray - psychologue, criminologue spécialiste des enfants -, qui trouve que ces disparitions se ressemblent étrangement.

Pour Rouge qui vient de passer quinze ans à noyer ses souvenirs dans l'alcool, c'est l'ultime façon d'approcher la vérité et de faire enfin le deuil de la petite fille qui hante ses rêves.

Écrit dans une prose riche en images et en nuances, peuplé de personnages vibrants, ce thriller oppressant est l'œuvre la plus forte et la plus originale de Carol O'Connell.

Née en 1947, Carol O'Connell a étudié l'art à l'Institut Chouinard de Californie et en Arizona. Elle vit maintenant à New York et a pris place parmi les grandes du suspense.

Ce que j'en pense

Deux grandes amies Gwen Hubble et Sadie Green disparaissent. On retrouve la bicyclette mauve de Sadie entre les mains d'un clochard.

Il ne faut pas oublier que Gwen est la fille de Marsha Hubble vice-gouverneur de l'état. Y a-t'il un lien ? Est-ce un enlèvement avec demande de rançon à venir ?

Beaucoup de personnages même trop, malgré que je me suis bien retrouvée quand même à travers tout ce monde.

L'intrigue est bien menée, elle nous ramène à un enlèvement arrivé des années auparavant, (la jumelle du policier Rouge Kendall), Susan qui a été retrouvée morte.

Là où j'ai eu de la difficulté à suivre, c'est avec les explications de la fin, il y a des choses que je n'ai pas comprises ou mal interprétées. Cela reste confus pour moi.

En fin de compte, j'ai aimé mais sans plus. Je vais redonner une chance à cette auteure quand même. Peut-être est-ce moi qui n'est pas assez réceptive à ce genre d'écriture en ce moment-ci.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire