samedi 4 octobre 2008

Duong, Thu Huong - Terre des oublis


Éditions: Livre de poche
Pages:    700

Roman contemporain, littérature vietnamienne

Quatrième de couverture

Alors qu'elle rentre d'une journée en forêt, Miên, une jeune femme vietnamienne, se heurte à un attroupement: l'homme qu'elle avait épousé quatorze ans auparavant et qu'on croyait mort en héros est revenu. Entre-temps Miên s'est remariée avec un riche propriétaire terrien, Hoan, qu'elle aime et avec qui elle a un enfant.

Main Bôn, le vétéran communiste, réclame sa femme. Sous la pression de la communauté, Miên retourne vivre avec son premier mari.

Au fil d'une narration éblouissante, l'auteur plonge dans le passé de ces trois personnages, victimes d'une société pétrie de principes moraux et politiques, tout en évoquant avec bonheur la vie quotidienne de son pays, ses sons, ses odeurs, ses couleurs...

Terre des oublis, roman de l'après-guerre du Viêtnam, est un livre magistral.

~~~~~~~~~~~~~

Duong Thu Huong porte la littérature à son acmé. Nous fait plonger au coeur de la chair et de l'esprit dans des ténèbres traversées d'éclats de lumière. Chef-d'oeuvre ? Oui.

Stéphane Guibourgé, Le Figaro.

Ce que j'en pense 

Contrairement à toutes les critiques favorables lues, je me dois en toute honnêteté vous dire que je n'ai pas aimé ce livre.

Premièrement, je l'ai trouvé très lourd, cru et difficile à lire. L'éternel triangle amoureux, Mien la douce et tendre épouse de Hoan qui voit son premier mari Bôn, déclaré mort à la guerre revenir après 14 ans. 

Elle quitte Hoan son riche mari pour aller vivre avec Bôn afin de faire son devoir envers le soldat qui s'est battu pour son pays (sinon elle serait jugée par la communauté et très mal vue). 

Également, une bonne partie du livre est centrée sur les besoins sexuels de Bôn et de Hoan. Ce qui est inintéressant à mes yeux. 

Enfin, je ne suis pas une critique littéraire et ne fais que donner mon avis bien personnel et je suis presque gênée de dire que je n'ai pas aimé alors que la majorité a adoré. Je ne crois pas lire à nouveau cette auteure.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire