samedi 5 juillet 2008

Tremblay-D'Essiambre, Louise - Les soeurs Deblois 1 Charlotte


Éditions: Guy Saint-Jean
Pages:    527

Roman contemporain québécois

Quatrième de couverture

Le premier tome d'une nouvelle trilogie de Louise Tremblay-D'Essiambre, Les soeurs Deblois.

Cette nouvelle saga, qui s'annonce dans les années vingt, a pour cadre une famille québécoise dont la mère, hypocondriaque, sombre inéluctablement dans les abîmes de l'alcoolisme et de la dépression aux côtés d'un mari qui se refuse à la vérité.

Au début de ce premier tome, Charlotte a quatre ans. Aînée de famille avec une mère presque toujours malade, elle doit, pour sa petite soeur Émilie, être l'exemple à suivre. Charlotte, si responsable, autonome, compréhensive ! Elle grandit en se détachant de plus en plus d'une famille où la maladie réelle et imaginaire occupent toute la place. Petite fille vive et intelligente, elle prend vite conscience de l'étrangeté du comportement de sa mère qui, malheureusement par amour, en vient à être un réel danger pour ses proches. En perpétuelle quête d'amour et d'affection, Charlotte portera un regard passionné, colérique, désabusé sur cette famille et cette mère qui l'étouffent.

Charlotte réussira-t-elle à s'extirper de ce climat malsain ? Qu'adviendra-t-il de sa petite soeur Anne, cette enfant qui est presque sa fille ? Son père saura-t-il la protéger comme il n'a su le faire pour elle et Émilie ?

Charlotte, le quinzième ouvrage de Louise Tremblay-D'Essiambre, est un roman bouleversant, criant de vérité, qui expose une réalité trop souvent tue, niée et incomprise. Une réalité pourtant plus répandue que l'on voudrait le croire...

Ce que j'en pense

J'ai dévoré ce livre du début à la fin, aucune longueur. La petite Charlotte est une enfant tellement attachante, raisonnable, d'ailleurs a-t-elle le choix avec une mère telle qu'elle a et un père qu'elle adore mais qui ne sait trop quoi faire.

Charlotte voit bien que sa mère n'est pas comme celle de ses amies mais elle ne sait exprimer son comportement. Elle n'est pas aveugle, elle voit bien des choses et tout sera inscrit dans sa petite tête d'enfant.

Ce que j'ai pu détester Blanche et même Raymond m'a souvent déçu, mais Charlotte, Émilie et Anne ont su attirer toute mon affection. Je n'ai trouvé aucune longueur et dès le premier tome terminé, j'ai entrepris le deuxième.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire