mardi 6 mai 2008

Senécal, Patrick - Le vide


Éditions: À lire
Pages:    642

Suspense québécois

Quatrième de couverture

Passionné par toutes les formes artistiques mettant en œuvre le suspense, le fantastique et la terreur, Patrick Senécal a publié, depuis 1994, sept romans dans lesquels tension et émotions fortes sont toujours à l'honneur.

Qu'il s'agisse de thrillers fantastiques (Sur le seuil, Aliss, Oniria) ou de thrillers policiers (5150, rue des Ormes, Le Passager, Les Sept jours du talion), Senécal excelle dans l'art d'explorer le côté sombre de l'humain.

Outre Sur le seuil, porté au grand écran par Éric Tessier en 2003, des adaptations de tous ses romans sont présentement en développement, tant au Québec qu'à l'étranger.

Le vide

Pierre Sauvé

À l'orée de la quarantaine, veuf, père d'une fille de vingt ans, sergent-détective à la police municipale de Drummondville, il enquête sur un quadruple meurtre qui a toutes les apparences d'un crime passionnel.

Frédéric Ferland

Début de la cinquantaine, divorcé, père de deux adultes qu'il ne voit guère, il cherche depuis des années l'excitation ultime, celle qui donnera un sens à son existence et à la vie en général, qu'il a toujours trouvée terne. Psychologue, il exerce sa profession dans la ville de Saint-Bruno.

Maxime Lavoie

Trente-sept ans, célibataire, idéaliste… et milliardaire. Il y a deux ans, il a quitté ses fonctions de président de Lavoie Inc. pour devenir le producteur et l'animateur de Vivre au Max, l'émission de téléréalité la plus controversée de l'heure… mais aussi la plus populaire.

Trois hommes différents, trois existences que tout sépare. Or, contre toute attente, leurs chemins se croiseront bientôt et leur vie en sera bouleversée à jamais. Tout comme celle de milliers de gens… tout comme la vôtre.

Ce que j'en pense

Un livre époustouflant avec un langage très cru par endroit (en lisant, notre imaginaire voit très bien la scène décrite).

L'auteur a une imagination débordante et nous raconte une histoire imaginaire mais qui pourrait très bien être vraie et surtout qui est crédible.

Le livre commence au chapitre 21, suivi du chapitre 8, du 22 etc. L'auteur jongle dans le temps pour notre plus grand plaisir ce qui aide à la compréhension. (Je n'ai pas retourné une seule fois dans les chapitres pour me souvenir de quelqu'un ou d'une situation).

Au début, l'auteur met très bien en place les personnages. Pierre Sauvé, sergent-détective qui ne laisse rien paraître de ses émotions, très renfermé et qui a peur d'aimer de nouveau au grand désarroi de Chloé sa collègue et collaboratrice dans l'enquête du quadruple meurtre.

Frédéric Ferland, psychologue, un tordu sexuellement qui ne sait plus trop quoi faire pour donner un sens à sa vie qu'il trouve morne et qui essaie à peu près tout.

Maxime Lavoie, milliardaire, encore plus blasé que Ferland qui se paie une émission télévisée "Vivre au Max" ou tout est permis pourvu que ce soit légal.

Tout est à l'honneur dans ce livre, la démence, le suicide, le meurtre, les cerveaux dérangés, l'inceste, les partouzes et les policiers qui doivent démêler tout cela. C'est révoltant, enrageant, triste et pourtant, il faut continuer à lire. Impossible de mettre de côté, il faut savoir, comprendre, connaître la fin.

Moi aussi, j'ai connu "le vide" mais celui que l'on peut ressentir en terminant un livre qui nous a plu et sachant que c'est terminé.

Je vous conseille donc ce livre (si vous n'avez pas l'âme trop sensible) et j'ai bien l'intention de lire les autres parutions de M. Senécal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

commentaire