samedi 24 décembre 2016

Godin, Patrice - Boxer la nuit


Éditions Libre Expression
Paru en octobre 2016

Roman contemporain québécois

Présentation de l’éditeur

« Il y a trois jours à peine, ils ne se connaissaient pas. Ils ne s'étaient même jamais vus. Ils étaient de parfaits inconnus l'un pour l'autre et les probabilités qu'ils se croisent, que leurs vies entrent en contact un jour, étaient infimes, quasiment nulles. Dans l'absolu. Et pourtant. »

Nick est un boxeur usé, brisé par la vie. Isabelle est une femme blessée qui traverse une période de remise en question. C'est sur une plage de Port Savage, dans le Maine, que leurs chemins se croiseront. Au contact de l'autre, l'espace de quelques jours empruntés à l'automne, ces deux êtres que tout sépare réapprendront à vivre et à aimer.

Mon avis

Je ne me comprends plus. J’ai réussi à lire ce livre narratif écrit à la troisième personne, et croyez-le ou non, j’ai aimé. C’est la première fois que cela m’arrive, d’habitude j’abandonne avant d’atteindre les vingt-cinq premières pages.

Tout d’abord, l’auteur nous présente Nick, un être tourmenté qui ne s’est jamais pardonné la mort de sa fille et de sa femme. Il a tout quitté, bourlingué par-ci par-là et s’est laissé porter par la vie médiocre qu’il pensait mériter de vivre.

Pourtant, un matin tout change, une femme Isabelle traverse sa vie et réussit à l’apprivoiser, et ce, sans vraiment savoir qui est cet homme.

Partie de Montréal pour réfléchir après avoir découvert que son mari la trompait depuis plusieurs mois, elle se retrouve à Port Savage pour réfléchir et faire le point et c’est à Nick qu’elle se confie.

Deux inconnus qui se rencontrent l’espace de quelques jours, mais qui sont comme des âmes sœurs et qui se font le plus grand bien.

Après m’être essayée plusieurs fois à ce genre d’écriture qui d’habitude, m’ennuie au plus haut point, je lève bien haut mon chapeau à Patrice Godin qui m’a captivé par son récit dès le début et m’a tenu jusqu’à la fin. Bravo! Je me demande encore quelle magie a été utilisée pour me captiver autant.

samedi 17 décembre 2016

Bryce, Celia – À la vie à la mort



Éditions Albin Michel
Collection Wiz
Paru en février 2015

Jeunesse, 13 ans et +, littérature anglaise

Présentation de l’éditeur

Atteinte d’une tumeur au cerveau, Megan doit rentrer à l’hôpital pour suivre une chimiothérapie. À son grand dépit, elle est transférée dans une unité de soins pour enfants… où le seul qui semble avoir plus de cinq ans est Jackson Dawes. Et tout le monde adore l’irrésistible Jackson, des enfants aux parents, sans compter les infirmières. Très vite, Megan se laisse apprivoiser aussi. Il lui rase la tête parce que de toute façon elle va perdre ses cheveux. Ils partent pour des balades nocturnes dans d’autres bâtiments puisque de toute façon qu’est-ce qu’une réprimande, ils vont peut-être mourir. Au mépris du règlement et de la maladie, Megan et Jackson se réinventent une vie de hors-la-loi, hors-la-maladie, même si chacun sait que le temps est compté…

Mon avis

Megan qui a un cancer au cerveau est hospitalisée avec les enfants. Elle a tout de même presque 14 ans. Le seul autre qui est un peu plus vieux qu’elle (environ 16 ou 17 ans) est Jackson. Un adolescent merveilleux qui enchante tout le monde avec ses histoires fabuleuses et facéties. Megan a juré de ne pas tomber en pâmoison devant lui comme les autres. Mais Jackson ne va pas la laisser faire, il saura bien l’apprivoiser.

Dans l’unité pour cancéreux, il y a aussi, Mme Brewster, l’infirmière-chef qui roule de gros yeux lorsque Jackson déconne ainsi que tout le personnel hospitalier qui comme elle, adore ces jeunes qui sont si malades.

Nous suivons au jour le jour la maladie de Megan et pouvons voir comment les traitements de chimiothérapie la rendent malade. Ses cheveux qui commencent à tomber et que Jackson réussit à lui couper parce que d’une manière ou de l’autre, ils vont finir par tous tomber, alors autant le faire tout de suite.

Nous rencontrons également Sardine, une fillette qui a changé son prénom depuis sa maladie. Allez savoir pourquoi comme le dit sa mère. Ce n’est qu’une toute petite fille qui se lie d’amitié avec Megan et désire se faire consoler par elle lorsqu’elle a un gros chagrin.

Et j’allais oublier de mentionner Mister Henry… (Très important pour Jackson) et les enfants malades.

J’ai aimé cette lecture qui est comparée à « Nos étoiles contraires », mais qui en est bien différente, même si le sujet est le même. Dans les deux, il y a des passages tristes, émouvants, mais celui-ci est réellement pour des plus jeunes.

samedi 26 novembre 2016

Bergeron, Claire - Une justice à la dérive


Éditions Druide
Publié en février 2015

Tiré d'un fait vécu, littérature québécoise

Présentation de l’éditeur

Ce roman s’ouvre par un procès qui nous fait revivre une troublante page d’histoire. Inspiré d’un fait vécu en Abitibi, il raconte les répercussions tragiques d’une cause bâclée. À vingt ans, amoureux et sans le sou, Florent commet un larcin qui transformera la vie des siens en cauchemar. Mal défendu par son avocat, mais soutenu par sa famille, ce fils ainé d’une fratrie de onze enfants sera douloureusement confronté à une justice défaillante.


Résumé

Quand Florent est reconnu coupable de meurtre prémédité et condamné à la peine capitale, c’est la vie de toute sa famille qui fait naufrage. Croyant leur fils coupable d’un vol ayant mal tourné, les Lamonde découvrent, désespérés, l’incompétence de leur avocat, tandis que la pauvreté les rend sans voix en haut lieu. Le journaliste Bernard Saint-Onge et le juge Alban Chavigny — ardent militant pour l’abolition de la peine de mort et mystérieux ami surgi du passé d’Hortense, la grand-mère de Florent — chercheront l’argument indéniable qui leur permettra de stopper l’irréparable. Mais leurs voix risquent de se perdre : en 1945, la guerre tire à sa fin, et avec toutes ces mères qui pleurent des héros tombés au champ d’honneur, les larmes de celle d’un assassin, si jeune soit-il, parviendront-elles à attendrir les juges de la Cour d’appel ?

Mon avis

Quel triste récit que l’histoire de ce jeune Florent Lamonde qui donne sa paie de tout un hiver au chantier pour faire soigner son frère atteint de tuberculose! Il avait demandé à son père de garder ses gages, car il voulait épouser sa belle Irena au printemps, mais il n’a pu refuser de donner l’argent à sa grand-mère lorsqu’elle le lui a demandé pour envoyer Justin au sanatorium. Il était certain que son amoureuse comprendrait et accepterait de retarder leur mariage d’un an.

Malheureusement, lorsqu’il lui en a parlé cela ne s’est pas passé comme prévu, elle ne voulait pas attendre une autre année avant de se marier et dans un moment de désespoir Florent est allé voler l’argent de leur voisine et le voilà accusé de meurtre. À cause de la manière de s’exprimer en avouant aux policiers lors de son interrogatoire : « La mort de madame Henriette, c’est de ma faute, j’ai agi par découragement amoureux, je voulais me marier et je n’avais pas d’argent » alors lorsqu’il passe en cours, les jurés le déclarent très rapidement coupable et le juge le condamne à la pendaison. Il faut dire que son avocat nommé d’office ne s’est pas forcé à le défendre et n’a pas fait entendre le témoignage de l’accusé, le croyant lui-même coupable.

Le doux Florent est emprisonné et c’est un juge à la retraite et le journaliste qui a suivi le procès qui mènent une enquête afin d’arriver avec des faits nouveaux pour faire commuer la peine.

J’ai dévoré ce livre avec le cœur gros comme « ça » sachant que ce récit est tiré d’un fait vécu. J’ai tout simplement adoré ce roman qui est un gros coup .

À lire absolument, d’autant plus qu’il y a un pan de notre histoire relaté concernant l’abolition de la peine de mort.

vendredi 28 octobre 2016

Germain, Georges-Hébert - René Angélil (Le maître du jeu)


Éditions Libre Expression
Paru en mars 2009

Biographie, littérature québécoise

Présentation de l’éditeur

Fils d’immigrants syriens, René Angélil est né à Montréal. Très jeune, il a été mis en contact avec trois univers dans lesquels il va évoluer toute sa vie: le jeu, le sport et le show-business. Ce livre raconte sa vie et ses exploits de gambler, et d’autres, moins connus mais tout aussi étonnants. Il relate également ses faits et gestes de show-businessman. Après avoir lui-même fait carrière, Angélil a été producteur de disques et de spectacles pendant une dizaine d’années, puis il s’est attaqué à ce qui allait devenir son chef-d’œuvre: il a créé pour une artiste de très grand talent, Céline Dion, une carrière véritablement planétaire.

Mon avis

J’avais envie de changer de genre de lecture et possédant ce livre depuis des années dans ma pile à lire, je me suis dit : « Pourquoi pas? » Et je n’ai pas regretté du tout.

René Angélil est un personnage connu de tous, mais, savons-nous vraiment qui il est? C’est ce que nous découvrons en lisant ce que Georges-Hébert Germain nous raconte avec sa belle écriture fluide, et ce, sans fioritures avec les bons et mauvais coups de René.

D’ailleurs, Angélil ne s’est jamais caché d’être « gambler », mais jusqu’à quel point l’est-il? En tout cas, moi je ne le savais pas. Noliser un avion, inviter ses amis pour aller jouer au casino à Nassau, tout perdre et revenir le lendemain matin, ça, c’est lui.

Il nous est décrit comme un homme très généreux et un ami fidèle, qui lorsqu’il aime quelqu’un, fera tout pour aider cette personne si besoin est.

Bien entendu, l’histoire de René est également celle de Céline et de la belle complicité qui a toujours existé entre eux. Cette dernière était toujours partante pour innover et elle faisait confiance à 100 % à son gérant et mari.

Vu de loin, on peut être porté à penser que le couple Dion-Angélil qui a aujourd’hui une très grande richesse mène la belle vie et que tout est facile, mais non, tout ce qu’ils ont, ils l’ont gagné sou par sou en travaillant fort et c’est avec le fruit de leur labeur bien mérité qu’ils vivent princièrement.

J’écris au présent même si aujourd'hui René Angélil est décédé, car lorsque ce livre est paru, il était vivant tout en ayant déjà eu son cancer de gorge.

En fin de compte, c’est le récit d’une vie bien remplie qui est très intéressante à découvrir.

samedi 22 octobre 2016

Delomme, Martine - Un automne en clair-obscur


Éditions Calmann-lévy
Paru en octobre 2014

Littérature française, roman contemporain

Présentation de l’éditeur

Mère d’un petit garçon, Claire a refait sa vie avec Henri Brunet, un entrepreneur de Brive-La-Gaillarde, dont elle porte le premier enfant. Mais un soir d’automne, c’est le drame. Victime d’un accident de chasse, son mari est transporté à l’hôpital dans un état grave. Claire accourt à son chevet mais les médecins ne lui laissent guère d’espoir; Henri a sombré dans un coma profond. Très vite, Olivia, la première femme d’Henri, se met à harceler Claire. Pour Olivia, Henri est mort cliniquement et le maintenir en vie est une aberration. Claire est outrée, les relations entre les deux femmes deviennent houleuses.

Pourquoi cette hargne ? Quels liens unissent encore Henri et son ex-épouse ? Trahie, Claire ne veut pas croire que son mari ait pu sciemment l’écarter de son patrimoine au profit d’Olivia. Soutenue par sa grand-mère, qui a toujours été à ses côtés dans les moments difficiles, et par un jeune avocat de Brive, elle va se battre pour découvrir la vérité. Mais un nouveau choc l’attend, plus violent encore…

Mon avis

Claire vient d’apprendre que son époux a eu un accident de chasse. Elle se précipite à l’hôpital pour le retrouver dans le coma avec selon les médecins peu de chance de s’en sortir.

Elle est enceinte et tout ce qu’elle espère c’est qu’Henri ouvre les yeux et lui revienne. En attendant, elle doit faire face et prend en main la direction de la cartonnerie, mais voici qu’arrive l’ex-épouse Olivia qui a des parts dans la compagnie et congédie Claire.

Beaucoup d’événements désagréables surviennent par la suite à Claire qui ne veut pas débrancher son mari. Olivia la harcèle et réussit à l’expulser de la maison d’Henri.

J’ai bien aimé ce récit quoique je n’aie pas trop compris comment la première femme d’Henri pouvait avoir tous ces droits alors qu’il est légalement marié à Claire. Enfin, c’est une histoire que j’ai dévorée même si j’ai trouvé des invraisemblances. Je lirai avec plaisir les autres écrits de cette auteure.

lundi 3 octobre 2016

Baker, Robin - Primal


Éditions JC Lattès
Paru en février 2011

Documentaire, fiction, roman, littérature anglaise

Présentation de l’éditeur

Sans vêtements, sans abris, sans espoir d’être secourus: comment ont-ils survécu au versant obscur du paradis ?

Un groupe de survivants nus et hagards est retrouvé un an après avoir disparu lors d’une expédition sur une île déserte du Pacifique. Toutes les femmes, sauf une, sont tombées enceintes et trois membres du groupe, dont le chef de l’expédition, sont présumés morts. Sous les feux des médias du monde entier, chacun des rescapés s’en tient à la même version, peu convaincante, des événements.

Grâce à l’enquête de l’auteur, ce qui s’est véritablement passé sur l’île est enfin révélée – un scénario à la Sa Majesté des mouches, impressionnant de régression, de tribalisme et de meurtre. Mais peut-on pour autant en déduire que des forces plus monstrueuses sont à l’œuvre, qui confirment la théorie du chef de l’expédition, selon laquelle l’homme est le plus sauvage des animaux ?

Mon avis

J’ai commencé la lecture de ce livre en me disant si je n’aime pas, je le referme tout simplement et passe à un autre. À ma surprise, je ne pouvais plus le lâcher, j’ai adoré, car tout ce que l’auteur écrit est plausible et cela donne froid dans le dos.

Lorsque le groupe est retrouvé après un an, Sledge raconte aux journalistes ce qui s’est passé et Ysan Nelsen est choisie pour travailler avec Robin Baker, écrivain et ami du professeur Raúl López-Turner afin que ce dernier écrive un livre dont les profits seront remis aux familles de ceux qui sont morts sur l’île.

Baker est troublé par le récit d’Ysan, car il est certain qu’elle ne lui raconte pas tout et à un moment donné, elle ne veut plus du tout collaborer avec lui. Il devra faire des recherches pour découvrir ce qui s’est réellement passé et c’est surtout grâce à Clarabel et Rose qu’il peut enfin avoir le fin mot de leur expérience.

Un roman qui ne peut nous laisser indifférents avec des passages très durs et qui nous montre comment peut être l’homme quand il n’y a plus de lois pour tout régir. À lire absolument.

dimanche 25 septembre 2016

Hilderbrand, Elin - Secret d'été


Éditions JC Lattès
Paru en juin 2013

Roman contemporain, littérature américaine

Présentation de l’éditeur

Par une chaude soirée de juin, les élèves du lycée de Nantucket High se rassemblent sur la plage pour le traditionnel feu de camp de fin d’année. Mais la fête se termine en tragédie : un terrible accident de voiture coûte la vie de la conductrice, Penny Alistair, et plonge Hobby, son frère jumeau, dans le coma.

Tout s’effondre pour Zoé, la mère des jumeaux, qui doit faire face à l’impensable : une vie sans sa fille et la convalescence douloureuse de son fils, un grand athlète à l’avenir désormais incertain. Zoé la libre-penseuse, aussi bien une mère qu’une amie pour ses enfants, doit aujourd’hui affronter des vérités pénibles sur eux comme sur son propre rôle dans cette tragédie. Au fil de l’été, le drame soulève de nombreuses interrogations au sein des familles. La clé de l’accident se cache dans le secret que Penny a découvert ce soir-là sur la plage… Ce secret détruira-t-il aussi la paix fragile des survivants?

Magnifique histoire sur les liens délicats mais résistants d’une famille et d’une communauté, ainsi que sur l’amour sous toutes ses formes, Nuit d’été est l’un des romans les plus captivants d’Elin Hilderbrand.

Mon avis

Que dire de plus que la présentation de l’éditeur qui est déjà très explicite en soi ? Non seulement l’auteure nous parle de Zoé et de ses enfants, mais il y a aussi toute la communauté de la petite île de Nantucket qui est mise à nu.

Pour ne pas en dévoiler plus que précédemment mentionné, je peux ajouter que j’ai beaucoup aimé que chaque personnage ait voix à raison de chapitres à leur nom. Ainsi nous découvrons leur point de vue concernant ce drame.

J’ai dévoré ce roman et découvert une nouvelle auteure que je n’avais jamais lue.

Note pour moi : Surveiller tous les écrits d’Elin Hilderbrand et lire ceux déjà édités.

lundi 19 septembre 2016

Walsh, Brighton - Love Affair



City Éditions
Publié en mai 2016

Adulte, érotisme, littérature américaine

Présentation de l’éditeur

Jason a profité d’une vie de riche play-boy pendant cinq années, juste après ses études. Mais désormais, ses parents posent un ultimatum : mener une vie plus sérieuse et s’impliquer dans l’entreprise familiale ou alors ils lui couperont les vivres.

Ils se désirent. Mais recherchent-ils vraiment la même chose ?

Mon avis

Jason, vingt-quatre ans, fils à papa qui a eu tout cuit dans le bec doit maintenant grandir et travailler dans la compagnie que son grand-père a fondée. Hé oui! La facture vient d’arriver et il doit la payer. Surtout, il faut qu’il se case pour bien paraître dans la haute société. Une famille, ce serait bien, même très bien du point de vue des associés de l’entreprise.

Tessa, vingt-deux ans, déjà maman d’une petite Haley de cinq ans est célibataire. Elle a choisi de garder son enfant lorsque son amoureux l’a laissé tomber lors de sa grossesse.

Cade, frère de Tessa qui s’est toujours occupé d’elle et de sa nièce, est parti pour Chicago pour son travail de cuisinier. Il a demandé à son ami Jason de veiller sur sa sœur. Ce qu’il n’a su prévoir, c’est ce que ce dernier prenne sa demande au sérieux et vu sa réputation de play-boy, Cade lui ordonne de ne pas toucher à Tessa. Mais, lorsque Cupidon frappe que peut-on y faire?

C’est une histoire à l’eau de rose avec des passages fusionnels très doux. Le récit est fluide et on ne peut qu’aimer, surtout avec Haley et ses questions attendrissantes.

Les romans dits « New adult » sont une belle découverte et j’ai bien aimé cette auteure que je lis pour la première fois.

mardi 30 août 2016

Katz, Molly - Mortel été


Éditions France Loisirs
Paru en février 2002

Thriller, littérature américaine

Résumé

En bord de mer près de New York, Ellen, thérapeute, son mari et leur fils de 2 ans partagent une existence paisible et harmonieuse lorsqu'un soir de juillet, un chauffard renverse le petit garçon et prend la fuite. Ellen a vu la voiture - une voiture de police - et aussi son conducteur qu'elle reconnaît tout de suite. Il s'agit d'un policier estimé et respecté. Elle l'accuse, mais celui-ci clame son innocence, il a un alibi. La jeune femme est sûre d'elle et ne veut pas lâcher prise malgré les pressions des autorités pour qu'elle retire sa plainte. En dépit d'un danger de plus en plus oppressant, et de nombreuses tentatives d'intimidation, Ellen ira jusqu'au bout de cauchemar, pour son fils et pour la vérité...

Mon avis

Liam, petit bout d’homme de 2 ans, sourd de naissance, a couru pour rattraper une oie sauvage et s’est fait heurter par une voiture de police. Peter Pallas conduisait ce véhicule et ne s’est pas arrêté pour lui porter secours.

Ellen, la mère a vu toute la scène de l’accident et identifie formellement le conducteur qui est un policier respecté et aimé par toute la population d’Eastport, mais ce dernier nie tout.

Elle ne comprend pas pourquoi il n’avoue pas, c’est un meurtre et elle fera tout pour qu’il soit accusé. Ce n’est pas facile, les collègues du policier ne la croient pas et elle devra se battre pour que la vérité éclate.

J’ai dévoré ce livre tellement l’histoire est prenante. C’est toujours touchant la mort d’un enfant et personne n’est indifférent au récit d’un tel drame.

Je ne connaissais pas cette auteure et j’ai bien aimé même si j’ai trouvé que le sort s’acharnait beaucoup trop sur cette famille.

vendredi 26 août 2016

Shusterman, Neal - Les fragmentés tome 4 Les libérés


Éditions Msk (JC Lattès)
Publié en novembre 2015

Dystopie, fiction, jeunesse, littérature américaine

Résumé

Les Citoyens Proactifs, l'entreprise tentaculaire à l'origine de la création du premier formaté, s'est alliée avec l'armée américaine. Leur but : créer un bataillon de formatés, l'équipe mosaïque. Pire encore, ils ont pris soin de dissimuler une découverte scientifique capitale qui rendrait la fragmentation inutile. Alors que Connor, Risa et Lev tentent de les arrêter, des adolescents marchent sur Washington pour demander la fin de la fragmentation. Tout pourrait bientôt changer, mais chacun doit conquérir sa propre liberté.

Mon avis

Dans ce dernier volet des «Fragmentés», jamais je n’aurais pu croire que l’auteur nous amènerait si loin dans le délire paranoïa des adultes du monde entier.

Nous retrouvons bien entendu Lev Calder, Risa Pupille, Connor Lassiter, Rufus Michaël Starkey, Argent Skinner, sa sœur Grace et ceux qui ont appréhendé Lev et Connor ainsi que tous les autres jeunes qui essaient chacun à leur manière de sensibiliser la population afin qu’ils mettent fin à la fragmentation. Et je pense aussi à Hayden qui diffuse des messages sur internet en espérant qu’ils seront entendus et restent assez longtemps pour être écoutés encore et encore par tous. Même Camus Comprix se met de la partie.

Il y a également Divan Umarov, cet être exécrable qui achète les jeunes pour les revendre à l’encan ou au Dah Zey, si c’est des têtes mises à prix.

Une saga qui m’a plu dans l’ensemble grâce au deuxième tome et à celui-ci. À découvrir pour les amateurs de ce genre. 

Et si c’était cela qui arrivait dans un futur peut-être pas si loin…

Du même auteur